Comment choisir un oscilloscope ?

Sur le marché, il est souvent rare de trouver des produits uniques c’est-à-dire des échantillons. La plupart des produits commercialisés sont fabriqués en série et sous différents modèles.

Ils permettent ainsi aux futurs utilisateurs de procéder à un choix raisonnable en fonction de leurs besoins et de leur revenu. L’oscilloscope ne fait aucune exception à cette règle générale. Comment choisir un oscilloscope ? Suivons !

Pour voir des démonstrations vidéos cliquez sur le lien

Oscilloscope analogique ou numérique

Ce sont là les deux catégories d’oscilloscopes disponibles sur le marché. L’oscilloscope analogique tend cependant à être remplacé par l’oscilloscope numérique.     Ce dernier présente toutes les caractéristiques du premier, et des fonctions en surplus. Il est également plus sophistiqué.

Le choix de l’oscilloscope numérique est alors plus approprié. De plus, les oscilloscopes analogiques sont rares à trouver. Seuls quelques fabricants pourront encore vous les proposer. Même lorsque vous en achèterez, vous serez déçu de la conception de base et des performances.

La largeur de la bande

Après avoir fait son choix entre un oscilloscope analogique et un oscilloscope numérique, il faut maintenant penser à la largeur de la bande. Il s’agit de la fréquence maximale d’un signal pouvant passer par les amplificateurs d’entrée. C’est le principal élément sur lequel se basent les ingénieurs.

En règle générale, la largeur de la bande doit être supérieure à la fréquence d’horloge numérique la plus rapide du système testé. Elle doit l’être de cinq fois au moins. Si ce critère est rempli, l’oscilloscope est capable de capturer jusqu’à la cinquième harmonique. Ceci avec une atténuation du signal minimal. Ceci révèle l’importance de ce critère pour la détermination de la forme globale des signaux numériques.

La mémoire de l’oscilloscope

Sa quantité dépend de la durée totale au cours de laquelle la prise de mesure sera effectuée. Si vous désirez procéder à la capture d’une longue période doublée d’une haute résolution, il est plus qu’évident que vous aurez besoin d’une bonne quantité de mémoire pour votre oscilloscope.

Pour y voir plus clair lisez cet article reprenant les critères de choix d’un oscilloscope

Le taux d’échantillonnage

Il est encore appelé la fréquence d’échantillonnage. Il s’agit de la vitesse à laquelle l’ADC de votre oscilloscope est numérisé afin que puisse être numérisé à son tour le signal qui entre. L’ADC est synonyme de convertisseur analogique numérique. Il est recommandé que cette fréquence soit deux fois plus rapide lorsqu’elle est comparée à la composante de la plus grande fréquence du signal mesuré.

Cependant dans le domaine temporel, ceci n’est toujours pas suffisant pour une reproduction de précision des signaux. Pour que la numérisation du signal entrant soit très précise, cette rapidité doit se situer aux niveaux 3 ou 4.

Le mode d’échantillonnage

Il est soit en temps réel, soit en équivalent en temps. Il s’agit donc des modes RS et ETS. Ils sont spécifiés en giga échantillons ou méga échantillons par seconde. Pour un choix judicieux de votre futur oscilloscope, il est alors conseillé d’avoir une idée du mode auquel est appliquée la spécification.

Faites néanmoins attention aux différentes valeurs qui vous sont présentées. Les fabricants n’hésitent en effet pas à surélever les spécifications pour attirer les acheteurs. Toutefois, le mode ETS ne s’applique qu’aux signaux répétitifs.

A lire aussi : Quelle marque choisir pour mon fauteuil relax ?

Vous aimerez aussi...